L'abus sexuel

Qu’est-ce qui constitue un abus sexuel?

L’abus sexuel consiste à forcer, tromper, payer ou menacer un enfant ou un adolescent à s’engager dans n’importe quel type d’activité sexuelle. Les abus sexuels incluent :

  • Subir des attouchements ou se faire embrasser d’une façon qui met mal à l’aise ou qui est non désirée.
  • Subir des attouchements dans la région du vagin, du pénis, des fesses ou des seins.
  • Être forcé de poser entièrement ou partiellement nu pour une photographie ou une vidéo.
  • Être forcé de regarder de la pornographie (images, livres, vidéos, films).
  • Être forcé de regarder d’autres personnes accomplir des actes sexuels.
  • Être forcé de toucher le corps d’une autre personne.
  • Se faire appeler par des noms dégradants à connotation sexuelle, ou recevoir des commentaires déplacés sur des parties de votre corps (en personne, par téléphone, sur Internet, dans une note).
  • Être forcé par une personne de toucher une autre personne.
  • Être forcé d’avoir des relations sexuelles anales, vaginales ou orales.

Qui sont les auteurs d’abus sexuels?

La plupart des auteurs d’abus sexuels NE sont PAS des étrangers; leurs victimes les connaissent.
N’importe qui peut commettre des abus sexuels : un parent, un beau-père ou une belle-mère, le ou la partenaire de votre père ou de votre mère, une tante, un oncle, un grand-parent, un frère, une sœur, un cousin, une cousine, une gardienne, un entraîneur, un instructeur, un voisin, une personne qui va à votre église.

L’auteur d’abus sexuels est toujours responsable de ces actes parce que c’est une personne qui est normalement digne de confiance et qui est en situation d’autorité par rapport à vous.

Effets des abus sexuels sur les enfants et les adolescents

Voici quelques conséquences que les abus peuvent avoir sur un enfant ou un adolescent :

  • Anxiété
  • Tristesse/Dépression
  • Pensées suicidaires/Tentatives de suicide
  • Comportements autodestructeurs, comme se couper, se mordre, se frapper ou autres
  • Troubles du sommeil/Cauchemars
  • Troubles de l’alimentation (trop manger, anorexie, boulimie)
  • Maux de tête, maux d’estomac, douleurs dans des parties du corps
  • Sentiment d’isolement, d’être différent des autres
  • Difficulté à se concentrer à l’école
  • Retrait de la famille, des amis ou d’activités
  • Problèmes à faire confiance aux gens
  • Grande colère, diriger sa colère contre d’autres gens
  • Être mal dans sa peau
  • Prendre de la drogue ou de l’alcool pour endormir les sentiments
  • Négliger son corps, son apparence
  • Prendre plusieurs bains ou douches par jour
  • S’enfuir pour échapper à l’auteur des abus, ou parce que vous pensez que personne ne se préoccupe de vous
  • Vous pensez que vous êtes une mauvaise personne ou que vous avez causé les abus d’une manière ou d’une autre (CE QUI N’EST PAS VRAI)
  • Confusion parce que vous éprouvez toujours de la tendresse ou de l’amitié pour l’auteur des abus
  • Confusion parce que votre corps peut avoir répondu aux abus, ou vous avez peut-être aimé une partie des contacts pendant les abus

N’oubliez pas, il est NORMAL d’avoir plusieurs ou n’importe lequel de ces sentiments. Ce sont des réactions normales aux abus.

Pourquoi une personne ne veut peut-être pas dénoncer l’auteur des abus

  • Si l’auteur des abus est un membre de la famille, vous pouvez avoir peur de ce qui se passera dans votre famille.
  • Souvent, les enfants et les adolescents sont confus et ne se rendent pas immédiatement compte qu’ils ont été victimes d’abus.
  • Les auteurs d’abus utilisent des trucs comme donner des cadeaux, de l’argent des privilèges spéciaux pour obtenir ce qu’ils veulent de vous.
  • Ensuite, vous pouvez penser que vous avez participé aux abus, mais ce n’est pas le cas. On vous a amené à le faire par des moyens trompeurs.
  • Les auteurs d’abus menacent souvent de vous tuer ou de vous faire du mal, ou de tuer ou faire du mal à un membre de votre famille ou à un animal domestique si vous racontez ce qui s’est passé.
  • Ils peuvent dire : « Ta mère va mourir si elle le découvre » (ce n’est pas vrai).
  • L’auteur des abus peut vous dire que vous irez en prison, ou qu’on vous emmènera ailleurs si vous racontez ce qui s’est passé (ce n’est pas vrai).
  • L’auteur des abus peut vous dire que personne ne vous croira de toute façon parce que vous êtes fou ou menteur (ce n’est pas vrai non plus). Il essaie de vous faire croire que vous ne pouvez rien faire, mais vous pouvez faire quelque chose.
  • Souvent les enfants et les adolescents pensent que personne ne peut les protéger, mais en fait, beaucoup de gens peuvent les aider.

Que pouvez-vous faire si vous avez été ou êtes victime d’abus?

Vous pouvez faire quelque chose. Parlez à quelqu’un à qui vous faites confiance (un parent, un membre de la famille, un enseignant, le directeur de l’école, un médecin, une infirmière, un entraîneur, un instructeur, un voisin, la police).

Vous pourriez avoir peur de signaler les abus car vous ne savez peut-être pas ce qui se passera après. Le plus important est de vous souvenir que vous avez fait le premier pas pour assurer votre sécurité. Même si vous n’êtes plus victime d’abus, en parler à quelqu’un à qui vous faites confiance vous aidera à mettre de l’ordre dans tous les sentiments qui se bousculent à l’intérieur de vous.

Renseignements:

Appelez le Thunder Bay Sexual Assault/Sexual Abuse Counselling and Crisis Centre au 344‑4502 ou 1 866 311‑5927 (sans frais).

Ligne d’information sur les mauvais traitements des enfants au Canada : 1 800 422‑4453.

Jeunesse, J’écoute – téléphone : 1 800 668‑6868