Troubles affectifs saisonniers

Comment définit-on une « tendance saisonnière » à la dépression?

Les troubles affectifs saisonniers (TAS) sont un sous-type de dépression majeure qui se caractérise par son apparition à une certaine période de l’année, habituellement en hiver. Définis pour la première fois en 1984, les TAS sont aussi appelés « dépression saisonnière », « dépression hivernale », « blues de l’hiver » ou « variation saisonnière de l’humeur ». Chacun de ces termes désigne un sous-type de trouble dépressif majeur.

Les TAS se caractérisent par les quatre caractéristiques centrales suivantes :

  • Des épisodes dépressifs majeurs récurrents qui débutent environ à la même période chaque année (p. ex. septembre-octobre) et qui se terminent environ à la même période chaque année (p. ex. mars-avril).
  • La rémission complète (disparition des symptômes) pendant la période de l’année où la personne n’est pas touchée (p. ex. mai-août). Pour qu’il s’agisse d’une rémission complète, les symptômes d’épisode saisonnier doivent être absents pendant au moins deux mois consécutifs.
  • L’évolution de la maladie est marquée par davantage d’épisodes dépressifs saisonniers que d’épisodes non saisonniers de dépression.
  • Les épisodes dépressifs saisonniers se produisent pendant au moins deux années consécutives.

Quels sont les symptômes de dépression dans les TAS?

Les personnes qui souffrent de TAS ont tous les symptômes habituels de dépression, y compris la baisse de l’humeur, la réduction de l’intérêt, la diminution de la concentration, le manque d’énergie et la fatigue.

Toutefois, elles ont aussi tendance à avoir un groupe de symptômes particuliers :

  • Augmentation du sommeil (70 %-90 % des personnes atteintes de TAS).
  • Augmentation de l’appétit (70 %-80 % des personnes atteintes de TAS).
  • Gain de poids inacceptable (70 %-80 % des personnes atteintes de TAS).
  • Désir d’aliments sucrés ou de féculents (80 %-90 % des personnes atteintes de TAS).

Le diagnostic des TAS est-il stable au fil du temps?

Des études de suivi à long terme des TAS ont trouvé que plus de 60 % des personnes chez qui on avait diagnostiqué ces troubles continuaient d’afficher une perturbation saisonnière de l’humeur et/ou du comportement au fil du temps. Environ 20 % des personnes atteintes de TAS peuvent avoir une rémission complète dans les quelques années qui suivent le premier diagnostic. La stabilité du diagnostic de TAS semble être semblable à la stabilité à long terme du diagnostic de dépression majeure lui-même (c.-à-d. 44 %-76 % des personnes atteintes de dépression majeure conservent ce diagnostic sur plusieurs années de suivi).

Les patients atteints de TAS ont-ils souvent des maladies bipolaires?

La plupart des personnes atteintes de TAS souffrent de dépression unipolaire, mais jusqu’à 20 % des gens peuvent avoir ou finir par avoir une dépression bipolaire. Généralement, les épisodes maniaques ou hypomaniaques surviennent au printemps et à l’été, et il est essentiel que ces épisodes soient distingués de l’amélioration de l’humeur liée à la rémission des TAS pour cette saison. Il y a d’importantes différences quant au traitement pour les personnes atteintes de maladie bipolaire par comparaison avec la maladie unipolaire.

Quelle est la prévalence des TAS?

Au Canada, le taux de prévalence des TAS est de 2 ou 3 %. Aux États-Unis, toutefois, ce taux est de moins de 1 %. Les études sur la communauté européenne ont estimé la prévalence des TAS de 1,3 à 3 % de la population européenne, tandis que des études en Asie signalent des taux de 0 à 0,9 % de leur population.

Quel est le rapport femmes-hommes?

Les femmes sont plus susceptibles de souffrir des TAS que les hommes, le rapport moyen étant d’environ 1,8 à 1.

Toutefois, certaines études donnent un rapport femmes-hommes bien plus élevé, soit de 4 à 1.

Quelle est la prévalence par rapport à l’âge?

La prévalence des TAS pendant une vie augmente avec l’âge jusqu’à ce les gens atteignent la cinquantaine. Après l’âge de 50 à 54 ans, les taux de prévalence diminuent beaucoup et la manifestation des TAS chez les personnes âgées de plus de 65 ans est très faible.

Renseignements:

Association ontarienne des troubles de l’humeur

Source : Association canadienne pour la santé mentale, Ontario